destination_Verlaine
Accueil Les news Les villages Actualités Politique communale L'Administration Photos

Le Centre sportif de A à Z

Noël, un village, une ambiance…

Aménagement devanture église de Chapon.

Directrice, femme et maman...

Quatre stèles commémoratives.

Théâtre : « Burn-Out », anti burn-out… !

Une sentence : au bûcher, la macrâle !

Une 10e année pour la foire des vins.

Noces de diamant Geudens-Pirotte

Noces de diamant Algoet-Boonen

Noces d'or Paquay-Lemort

Noces d'or Wera-Sépul

Un anniv dans le placard




Et si le château revivait…

Et si le château revivait…

 

Seraing-le-Château, les 14 et 15 avril 2012.

Les idées ne manquent pas pour rendre vie au château meurtri par l’incendie de 2003 et les intempéries. En attendant, les visites ont attiré près de 600 curieux…

 

La silhouette noircie porte les stigmates des flammes ! Les pierres témoignent de la violence de l’incendie de novembre 2003. Le château de Seraing-le-Château suscite pourtant la curiosité au carrefour de quatre villages. Les automobilistes y jettent un coup d’œil furtif. Les visiteurs ont découvert son cachet. A défaut d’être classé, la propriété privée attire les regards, suscite l’émotion et ravive les idées d’aménagement. Et si on lui donner une affectation culturelle, temporaire, régulière, événementielle ?
Privé, mais culturel ?

Les souvenirs des anciens Verlainois reviennent. Certains n’ont jamais franchi la grille et le pont d’accès. D’autres évoquent des manifestations. « En 1957, la Jeunesse rurale a organisé un thé dansant qui a réuni plus de 700 personnes ici dans la cour » rappelle Céleste Wéra, agriculteur dont la ferme jouxte le château. Et qui a vécu le dramatique incendie de 2003.

« Le château suscite la curiosité depuis la rue souligne Fabienne Algoet, permanente culturelle de Verlaine. Les visiteurs sont venus de loin parfois : Aywaille, Liège… D’autres villageois n’étaient jamais entré. C’est un encouragement à continuer mais le propriétaire ne veut absolument pas vendre. Il accepte que l’on y fasse des travaux ».
La rigueur du dernier hiver a provoqué de nombreux dégâts pratiquement irréversibles. Les intempéries accentuent le délabrement des murs et des quelques pièces encore sous toit. Le pont lui-même devient dangereux et menace de s’effondrer sur certaines parties. Ce qui hypothéquerait fortement de futures organisations du Comité culturel de Verlaine, lui qui entretient des rapports privilégiés avec Carlos Moens, l’actuel propriétaire alostois.
Président du Comité culturel, Vincent Gerday se réjouit du succès de ces deux journées portes ouvertes. Malgré l’impossibilité d’organiser les visites guidées prévues. Mais avec les animations médiévales et les conteurs. Il insiste sur la volonté de réitérer l’expérience lors des journées du patrimoine. Avec des projets qui ne manquent pas : théâtre, marché ponctuel… « Nous voudrions ouvrir une pièce en plus lors de chaque organisation. Mais l’espace se réduit au fur et à mesure avec les dégâts ». L’avenir du château est moins serein qu’espéré. Désormais, sous peine de le voir fermé définitivement, il faut que le propriétaire accepte d’y investir, temps, argent et main d’œuvre…

Chantier de restauration ?
« La balle est dans le camp de M. Moens ajoute Fabienne Algoet. Nous avons reçu des propositions de Meuse - Hesbaye Tourisme pour y organiser des ateliers de restauration, afin de former des artisans dans les différents domaines. Mais c’est au propriétaire de fournir les matériaux ». Intermédiaire actuel, le Comité culturel voudrait susciter une rencontre formelle directe entre les différentes parties concernées. D’autant qu’un partenariat peut être envisagé avec l’université de Liège pour réaliser des fouilles sur le site.

 


 

 

Article et photos de Jacques LEMOINE

Journal "L'Avenir Huy-Waremme"

Abonnez-vous à notre lettre d'information trimestrielle pour recevoir toutes les infos sur Verlaine. mail
Design by ArtWhere | Powered by NeoCms login